Un robot pour coach

L’hôpital universitaire de Gand, en Belgique, utilise un robot pour aider les enfants et patients épileptiques.

Elle s’appelle Zora et sait jouer de sa bouille ronde et sympathique, pour mettre les patients dont elle s’occupe dans sa poche. A ceci près que Zora est en fait Nao, un robot humanoïde d’origine française. En Belgique, il a été féminisé et rebaptisé Zora, du nom de son software, dont l’abréviation en flamand signifie « unité de soins aux personnes âgées et de réadaptation (ou) de détection de chute ».

Vu comme ça, c’est nettement moins mignon pourtant Zora, développée par une société belge, Qbmt /Qbis  est une première mondiale. Elle est le premier robot humanoïde à servir à la réhabilitation d’enfants et de patients épileptiques.  Il a d’ailleurs été réalisé en partenariat avec l’hôpital universitaire de Gand et le Département des sciences de la réadaptation et de physiothérapie de l’Université de Gand, notamment.

Des enfants aux personnes âgées

Ses mouvements ont été étudiés pour stimuler la rééducation des patients dont il a la charge par mimétisme. Il faut dire que Zora a quelque chose en elle qui fait qu’on a envie de la suivre. Les enfants se prennent rapidement d’affection pour elle. De plus, elle possède également la capacité de détecter une éventuelle chute. C’est d’ailleurs une de ses fonctions lorsqu’elle est utilisée en maison de repos, auprès des personnes âgées, son second public.

Financement participatif

Zora a en effet d’abord été testée dans une maison de repos de Middelkerke, avec succès, avant d’être implantée à l’hôpital. Aujourd’hui, une deuxième maison de repos, à Ostende cette fois, va accueillir le petit robot en son sein. Pour financer le projet, elle a fait appel au système de crowdfunding, ce qui lui a rapporté 25000 euros.

Pour en savoir plus :
http://qbis.be/fr/