Expo : Emman recrée l’écriture automatique

On connaissait l’écriture automatique telle qu’elle était utilisée chez les surréalistes. La voici désormais graphique sous le pinceau d’un jeune artiste, Emman, qui expose actuellement ses œuvres à Paris.

Des marcheurs constitués de fils de fer entrelacés, ou de traits de pinceaux répétés à l’infini. Des labyrinthes où se dessinent les contours d’écritures graphiques arabes et autres. La palette d’Emman est large et dessine un univers onirique bien particulier. 

Le jeune peintre et sculpteur, âgé d’à peine 20 ans, expose à partir de demain à la Galerie Oberkampf pour une dizaine de jours. 

Au total plus d’une soixantaine d’œuvres seront exposées, parmi lesquelles des aquarelles, des huiles mais aussi des scultpures, réunies autour de deux thématiques : les graines, où s’entremêlent de facçon labyrinthique arabesques et autres lignes tordues, et les marcheurs, une série de tableaux et peintures où évoluent des silhouettes filaires. 

 Si vous aimez laisser votre imagination vagabonder au fil d’une œuvre, cette exposition est faite pour vous. Comme l’explique Emman au sujet de sa série Emotion Seeds, « chacun peut voir des sens possibles et des évocations différentes, qu’il aime, qu’il n’aime pas ou qui l’indiffèrent. Chaque graine évoque un objet, un souvenir, une sensation, une émotion et active une mémoire enfouie, proche ou lointaine. » 

Du 14 au 26 novembre. Galerie Oberkampf: 103 rue Saint-Maur - 75011 Paris
Entrée libre.